Tourner les jambes

Un para- ou tétraplégique a « besoin » de mouvements, non seulement des parties qui fonctionnent mais également des parties qui ne fonctionnent pas ou peu comme les jambes. Il existe la physiothérapie mais également des appareils qui le permettent (mais qui ne remplacent pas la physio !). Ce dossier présente 2 appareils que j’utilise et vous donne mon avis.

La théorie

Rester longtemps assis, ne pas bouger les jambes et le tronc, est source de problèmes : perte de souplesse, risques d’escarre, mauvaise circulation du sang, moins bonne digestion, spasmes, etc. Mais comment bouger si on est para- ou tétraplégique ? Il existe la physio, mais c’est 1 heure par semaine voir plus, pour autant qu’on en ait les moyens financiers (à moins que ce ne soit l’assurance qui paie).

Il existe des appareils qui nous permettent de bouger les membres inactifs. Je présenterai ici deux sortes d’appareils. Le Motomed Viva 2 avec FES[1] et le G-medicals. Ces deux types d’appareils ne font pas l’unanimité chez les physiothérapeutes ou médecins. À l’inverse, vous entendrez des personnes qui ne jurent que par l’un ou l’autre de ces appareils.

En ce qui me concerne j’utilise les deux appareils. Les commentaires et appréciations sont le fruit de mon expérience. Ce document a été fait après 67 séances de 30 minutes avec le Motomed, et 1’000 séances de 30 minutes à 2 heures avec le G-medicals.

Les appareils

Je possède le Motomed Viva 2 avec FES et le G-médicals. Pourquoi j’en fais une présentation comparative ? Parce qu’en général on va acheter l’un ou l’autre, mais rarement les deux.

 

Motomed Viva 2 FES

G-Medicals

 

MOTOMED VIVA 2 FES

G-MEDICALS

Fonctionnement

Les pieds sont fixés à des pédales. Ils sont entraînés par un moteur dans le pédalier. Un capteur permet de connaître la force exercée sur les pédales, la position des manivelles et la vitesse de rotation.

Un logiciel FES commande les impulsions aux muscles connectés (ici les jambes) et stimulent ainsi au bon moment le muscle concerné pour le mouvement désiré. Il y a syncronisation entre le mouvement de la jambe via le pédalier et la stimulation FES du muscle.

Fonctionnement

Les pieds sont fixés à des pédales. Les mains tiennent des pédales à main. Les jambes sont entraînées par le mouvement des bras. À noter que les deux ne tournent pas à la même vitesse. Cela fait partie de la thérapie. On passe d’une synchronisation bras-jambe à une autre : une fois la jambe et le bras droit sont en haut en même temps, et quelques tours plus tard la jambe droite est en haut et le bras droit en bas.

Un capteur permet de connaître la force exercée sur les pédales, la position des manivelles et la vitesse de rotation.

Réglages

  • FES : courant, fréquence, longueur

  • Moteur : vitesse de rotation, sens de rotation, résistance

  • Le système enregistre les sessions d’entraînement et différents paramètres

  • Réglage mécanique de la distance des poignées au pédalier

  • Réglage de la longueur des manivelles (position des pédales sur les manivelles)

Réglages

  • Résistance de pédalage

  • Le système enregistre les sessions d’entraînement et différents paramètres

  • Pas de réglage de distance entre les deux pédaliers (grandeur selon utilisateur)

Écran

Un écran FES montre les « performances » en temps réel (vitesse de rotation, puissance, symétrie des efforts des jambes, etc.), et un autre écran est lié à l’entraînement des jambes. Les deux écrans permettent les réglages de façon similaire.

Écran

Un écran tactile est relié à un ordinateur portable. Cet écran montre les « performances » en temps réel (vitesse de rotation, puissance, nombre de tours, etc.). On peut se connecter à internet ou visionner des DVD.

Options

Il existe aussi la possibilité d’entraîner les bras. Voir sur le site toutes les autres possibilités !

Options

???

Position

On reste sur sa chaise. Ce n’est pas évident d’atteindre les pédales dans la rotation complète. Je mesure 182cm et j’utilise un tapis de gym enroulé derrière le dos pour me caler afin d’être plus près des pédales (manivelles réglées au plus court).

Position

On peut faire les exercices assis, couché ou dans des positions intermédiaires. Avec l’aide d’une tierce personne, il est possible de changer de position dynamiquement : on pédale et la personne tierce change d’angle pour passer d’une position assise à une position couchée, ou l’inverse.

Prix payé, y.c. TVA, rabais, transport, installation et mise en route : 14'008.50 CHF

Prix, y.c. TVA, transport, installation et mise en route : 10'140.- CHF

Produits similaires

RT300 FES : www.restorative-therapies.com

Produits similaires

www.gigermd.com

Les plus

  • Stimule les muscles !!!

  • Mesure la part active des muscles

  • On peut programmer des intervalles d’entraînement

  • On a une vision et un contrôle de la stimulation des muscles

  • On peut voir les progrès grâce aux données enregistrées

  • Système et thérapie approuvés

  • J’ai entendu dire que ça diminue les spasmes… pas chez moi, avec l’augmentation de la masse musculaire (c’est relatif), les spasmes sont devenus plus forts !

Les plus

  • L’appareil fonctionne sur l’intuition : le mouvement est engendré, contrôlé et ressenti directement par l’utilisateur

  • Changer de position, de vitesse de rotation, de résistance au mouvement, etc. permet effectivement de ressentir et travailler les différentes parties du corps qui fonctionnent, et stimuler celles qui ne fonctionnent pas !

  • Les positions de travail sont variées et donc stimulent beaucoup de parties du corps : nuque, abdos, dorsaux, etc.

  • Effets indirects : stimulation de l’estomac, drainage des jambes lorsqu’elles sont en hauteur, repos de l’assise (lorsqu’on est couché)

Les moins

  • Très statique… on reste assis et ça tourne ! Pour ma part j’essaie de « vivre » le mouvement. J’essaie de pousser, tirer, etc. et après 30 minutes je suis bien fatigué !

  • Coller et décoller les électrodes qui « s’usent » très vite (elles se décollent et s’abîment), donc il y a un certain coût d’utilisation

  • Le temps de préparation pour aller et ressortir de la machine. Comptez 30 minutes en plus du temps passé sur la machine

  • Les fixations des pédales ne sont pas standards

Les moins

  • Si les muscles ne fonctionnent pas… et bien ils ne fonctionnent pas !

  • Les jambes ne sont pas tenues, la proposition de G-medicals est de « fixer » les jambes à l’aide de bandes élastiques

  • Finition de l’appareil font un peu… prototype (roulements de poignée à l’air libre, douille plastique des pédaliers qui sortent, etc.)

  • Il faut faire un transfert de la chaise à la machine

Accès

  • Direct avec la chaise roulante

  • On peut avoir besoin d’aide pour attacher les pieds sur les pédales

  • On peut avoir besoin d’aide pour brancher les électrodes (p.ex. manque de dextérité chez un tétraplégique)

Accès

  • Accès en positionnant la chaise roulante à côté, puis transfert (aide nécessaire pour les personnes peu mobiles)

  • On peut avoir besoin d’aide pour attacher les pieds sur les pédales

Modifications personnelles

  • J’utilise d’autres électrodes que celles fournies. Je trouve les électrodes de la marque Stimex bien plus pratique à brancher avec mes doigts de tétraplégique…

  • J’utilise un « coussin » entre le dossier de mon fauteuil roulant et mon dos pour rapprocher mes jambes du pédalier de la machine

Modifications personnelles

  • Guide ou protection pour les genoux

  • Pédales automatiques avec chaussures cycliste

  • Dossier réglable pour le dos

  • Ajouté une mousse sur l’assise (celle d’origine est trop mince)

  • Retourné la planche d’assise en raison d’une découpe exagérée et qui déstabilise le bassin

  • Protection sur la barre centrale

 
Mon G-medicals

Voilà à quoi ressemble mon G-medicals avec les modifications :

  1. Planche « réglable » pour éviter que les genoux viennent se coincer sous la barre

  2. Pédales automatiques avec chaussures à velcro

  3. Protection sur la barre

  4. Mousse supplémentaire sur l’assise

  5. La planche avec le tapis bleu a une découpe pour éviter d’entrer en conflit avec la barre (3). Cette découpe trop grande déstabilise le bassin lorsqu’on travaille assis. La planche a été retournée.

  6. Système « fait maison » permettant de travailler dans différentes positions inclinées

Remarque

Ci-contre une photo d’un prototype à l’étude développé par la Haute Ecole Spécialisée Bernoise avec le centre suisse pour paraplégie de Nottwil. Les bras et les jambes sont entraînés par des moteurs et peuvent être stimulés (FES). Le tout est inclinable et programmable avec une variété infinie de possibilités. On dirait qu’on a croisé un Motomed avec un G-medicals. Quels seront les résultats des essais sur les patients ?​

 
Conclusion

Ces appareils contribuent au bien-être d’un para- ou tétraplégique, j’en suis convaincu. Je n’ai jamais eu d’escarre à la maison, je suis moins fatigué, je dors bien, je n’ai pas de jambes enflées et la digestion se passe « bien ».

Difficile de faire un choix entre ces deux appareils, même si personnellement je suis plus « G-medicals » pour son côté « participatif » du patient. L’idéal serait un G-medicals avec FES !

[1] FES : functional electrical stimulation, ou électro-stimulation fonctionnelle.

 

exercices - aménagements - rééducation - autonomie - mobilité - stimulation - fun - projets - développement

© 2016 par Sebastian Tobler