Salle de bain / WC

Le point le plus important pour une personne à mobilité réduite dans sa maison ou son appartement est : la salle de bain/WC… Un endroit où on y passe pas mal de temps, où l’on fait beaucoup de transferts, où l’on doit se sentir à l’aise et en sécurité… Ce qui suit a pour but de partager mon expérience.

La théorie

Il existe des normes concernant l’aménagement d’une salle de bain/WC adaptée pour les personnes à mobilité réduite. Les fournisseurs de matériel sanitaire ont souvent sur leur site internet ou dans des catalogues un résumé de ces normes. On trouve également beaucoup de plans, d’images de conseils pour adapter ou construire sa salle de bain/WC. Toutes ces informations sont très utiles. Mais voilà, souvent la surface, les arrivées et départ des eaux ainsi que l’électricité sont déjà « dans les murs ». Il va falloir positionner au mieux ces nouveaux éléments dans cet espace et l’adapter pour soi !

La gestion de l'espace

Le fauteuil roulant prend beaucoup de place. Il s’agit de manœuvrer avec dans la salle de bain, d’assurer les transferts, de le « parquer » lorsqu’on est sur les WC ou sous la douche. Il est important de s’imaginer dans sa propre salle de bain avant la réalisation ou la transformation. Pour se faire une idée, on a des points de comparaison : la (ou les) salle de bain utilisée dans l’hôpital ou lieu de réadaptation. On peut également faire un modèle de sa salle de bain avec des rubans adhésifs au sol et ainsi contrôler les espaces nécessaires.

 

Souvent, lorsqu’on est en fauteuil roulant, on adapte la douche en la faisant « à l’italienne », ce qui permet un accès sans obstacle à la douche. Mais en raison de l’absence d’un bac avec bordures, l’eau peut se répandre sur le sol: il est donc impératif de prévoir une pente dans la zone de douche !

La douche
 

Le sol peut s’avérer dangereux s’il est glissant. Il existe du carrelage antidérapant. Une échelle A, B et C définit la valeur antidérapante du carrelage « pieds nus » et une échelle R9 à R13 pour la valeur antidérapante « pieds chaussés ».

Attention : le carrelage très antidérapant devient difficile à nettoyer. On peut aussi y mettre de petits carreaux (mosaïques) qui ont l’avantage d’être moins glissants en raison des joints.

Un robinet de douche « adapté », un rideau de douche, des barres bien disposées et pour ma part un siège rabattable rembourré (pour éviter les esquarres) avec ouverture (bien pratique) ainsi qu’un dossier ont complété la zone douche (autre modèle que celui de la photo).

Le lavabo

Pour le lavabo, on doit pouvoir y passer les jambes dessous en étant assis sur le fauteuil roulant. La robinetterie doit être adaptée et le miroir (ou armoire de toilette) bien positionné (bon accès à l’armoire et bonne visibilité dans le miroir). Petit détail : un lavabo avec un plan plat (voir photo ci-contre) est des plus pratiques pour déposer du « matériel ».

 
Les WC

Pour les WC et pour le siège rabattable de la douche, il faut bien disposer les barres d’appui et contrôler la hauteur afin d’assurer le transfert.

Une fois sur les WC : pensez à ce dont vous avez besoin pour permettre de baisser et remonter le pantalon ainsi que de s’essuyer les fesses… Pour faciliter, il existe des rehausseurs permettant de passer la main sous l’abattant des WC (Messerli TH10).

 
Les barres d'appui

Une remarque particulière pour les barres d’appui rabattables : il faut assurer la fixation au mur !!! Lorsqu’on appuie de tout son poids sur le bout de la barre, on applique une force importante sur les vis de la plaque de fixation ! Il faut souvent renforcer le mur, selon le type de construction.

 

Remarque : Faites une belle salle de bain/WC, ça atténuera le côté « hôpital » de toutes ces adaptations !

exercices - aménagements - rééducation - autonomie - mobilité - stimulation - fun - projets - développement

© 2016 par Sebastian Tobler