Ma vision ou les réalités de ma vie

La pyramide de Maslow définit nos besoins : physiologiques, de sécurité, sociaux, d'estime de soi et d'accomplissement personnel. Comme handicapé ou personne à mobilité réduite on en prend un sacré coup à tous les niveaux ! Je revisite les points de cette pyramide avec ma vision de blessé médullaire qui veut se reconstruire.

Besoins physiologiques

Médicaments, nourriture, boissons, … tous ces « inputs » ont une influence sur mon état physique et psychique.

 

Mon corps a besoin des éléments nutritifs qui s’assimilent vite et bien. Je cherche ce qui me convient le mieux. Je cherche à comprendre comment ce « nouveau » corps fonctionne.

Besoins de sécurité

Je ressens des fourmillements lorsque je passe mes mains sur mon corps… ça me rassure de savoir qu’il « est là ».

 

Je prends du temps pour stimuler les nerfs sensitifs afin de sentir ce corps qui est le mien. Cette stimulation se fait à travers l’automassage ou l’autostimulation.

 

Le mouvement, c’est la vie… plus je « gère » le mouvement, plus sécurisé je me sens.

 

Il me reste des parties de mon corps qui fonctionnent entièrement comme : la tête et les épaules ; et en partie : les bras et les mains. Je veux entraîner ces parties pour me permettre de mieux les utiliser dans mes activités de tous les jours. Je dois également les maintenir, donc les soigner.

 

La grande partie de mon corps ne « fonctionne » pas, soit depuis les aisselles ! Les exercices ont permis de « réveiller » certaines fonctions. Mon tronc a « retrouvé » une toute petite partie de ses muscles me permettant d’être plus stable, je peux mieux m’habiller, mettre mes chaussures assis au bord du lit,…

 

L’exercice favorise la digestion, la circulation du sang, la diminution de spasmes, les activités avec d’autres et … la tête !

Besoins sociaux

Je suis dépendant d’une relation avec la société, avec mes amis et avec ma famille.

 

Reprendre sa place au sein de la famille ou dans son cercle d’amis, pas toujours évident après 9 mois à l’hôpital et qu’on ne peut plus faire comme avant. Comme handicapé ou personne à mobilité réduite, on se sent très vite inutile… un poids pour la société. Le travail est un moyen d’y reprendre une place (mais pas toujours). Retrouver au plus vite une place dans les activités familiales comme par exemple : assurer le transport, soutien scolaire,… Intégrer la famille ou les amis aux activités que je peux faire.

Besoins d'estime de soi

Je suis un être humain et j’ai besoin qu’on reconnaisse et apprécie ce que je fais.

 

On a toujours quelque chose à apporter aux autres. Pour ma part je me suis mis à faire des programmes d’entraînement pour des personnes valides de mon entourage.

Besoins d'accomplissement personnel

J’ai envie d’être satisfait de ce que j’ai pu faire avec ce que j’ai.

 

Des projets comme ce site, développer un vélo à trois roues et d’autres appareils,… sont des expériences que je veux partager. Si ce que je fais m’aide, pourquoi est-ce que ça ne pourrait pas aider d’autres personnes ?

 

…et j’ai un besoin particulier, que je ne sais pas vraiment où « ranger » mais qui est une partie importante de ma vie avant comme après l’accident : c’est le « spirituel ». Tous les matins je consacre un temps à la lecture de la Bible et à la prière. C’est le moteur de ma journée.

exercices - aménagements - rééducation - autonomie - mobilité - stimulation - fun - projets - développement

© 2016 par Sebastian Tobler